GRÉGOIRE MILLS

Grégoire Mills est une agglomération située entre Fauquier et Strickland, kilométrage 44 à 48, mais appartenant à Fauquier.  De nos jours, Grégoire Mills compte environ 15 familles, mais il fut un temps où ce centre a connu un essor fulgurant.

En 1916, 4 familles résidaient à Grégoire Mills : Michel Côté, Elzéar Gagnon, Pit Moffat et Napoléon Villeneuve. À cette époque, un terrain de 150 acres se vendait 75$.

Le 8 février 1917, Philippe Richard accompagné de son fils Henry âgé de 8 ans et Napoléon Grégoire arrivent à Grégoire Mills.
  Ils avaient apporté leurs affaires : meubles, nourriture et animaux dans 2 wagons à bestiaux.

À l'été 1917, Napoléon Grégoire fait construire un magasin général.
  Le même été, François-Xavier Martel arrive pour construire un moulin à scie sous les ordres de Napoléon Grégoire.  Le moulin a commencé à fonctionner avec plus de 30 hommes employés en 1918.  À cette époque, les hommes sciaient 18 288 mètres (60 000 pieds) de bois par jour.  C'est en  l'honneur de M. Grégoire et de son moulin que nous avons baptisé cette section : Grégoire Mills.

En 1921, Napoléon Grégoire vend son moulin à scie aux Finlandais qui démolissent alors le moulin à scie et se consacrent à la vente de bois à destination des papetières de Québec.

A cette époque, aucune voie praticable ne reliait Fauquier à Grégoire avant 1922.

Les habitants du kilométrage 48 ont élevé une chapelle nommée « La chapelle du rocher » qui était desservie durant les mois d'été par l'abbé Rigaudie.

En 1918, la première école est construite sur le lot 14, concession 10, sur la propriété de Philippe Richard.
  Marie Luce Gauthier a été la première enseignante.  Elle recevait deux dollars par mois par enfant qui étaient payés par les parents. 

En 1926-1927, les résidents procèdent à l'implantation d'une deuxième école construite sur le lot 13, concession 10 près de Wellington.  Une grande salle de classe a été construite afin d'accueillir des élèves de différents âges et afin d'offrir différents cours. 

Comme la coupe de bois diminuait, les habitants décidèrent de déménager ailleurs. 

Les résidents qui habitent encore aujourd'hui Grégoire Mills apprécient l'espace, le grand air, la tranquillité et demeurent fiers de leur demeure.  

Gregoir1.webp
Gregoire2.webp